Articles

Manager de transition au naturel

Comment être naturel en situation exceptionnelle ? Manager de transition

 

Le manager de transition est apprécié pour sa personnalité et sa capacité à faire face à des situations de rupture. Ces situations impliquent pour les acteurs habituels de sortir de leur zone de confort. Ce contexte peut paralyser. Le risque attaché aux décisions à prendre est exceptionnel. Il en va parfois de la survie de l’entreprise.

Les dirigeants peuvent renforcer l’équipe avec un manager de transition . Etre naturel pour un manager de transition implique l’acceptation du dépassement de soi en vivant des émotions inhabituelles.

L’urgence fait converger les consciences vers un choix restreint de solutions concrètes. Le consensus est précaire. Chacun attend le manager de transition sur la méthode. Comment gagner dans la mêlée ? Comment faire bouger les lignes ?

Vous avez tous expérimenté qu’à trop travailler un sujet on ne voit plus ses défauts,  alors qu’ils sautent aux yeux du premier venu, ou dés lors que l’on prend du recul. Cette clairvoyance est la première valeur ajoutée d’un manager de transition. Il apporte aux dirigeants un nouvel angle de vue. La seconde est la revalorisation des qualités relationnelles. Lorsque les méthodes, processus et organisations sont à transformer, les individus clés prennent une importance nouvelle. Révéler les compétences sur lesquelles appuyer l’organisation nouvelle signe la réussite de la mission de transition.

 

 

La compétence de l’entrepreneur

Capital, culture, compétence sont les fondements de l’économie.
Qu’est-ce que la compétence d’un entrepreneur ?
Compétence

La maîtrise des compétences est au cœur du processus entrepreneurial. Alors que capitaux et cultures se mondialisent, la compétence est une affaire individuelle locale.

L’entrepreneur seul impacte faiblement son environnement. L’injection de capitaux pour réaliser des effets leviers et modifier le jeu concurrentiel, l’influence pour changer les normes et la culture lui sont inaccessibles. L’organisation interne est le seul levier de performance toujours utile.

La compétence de l’entrepreneur vient de son habileté à combiner ressources et savoirs pour répondre aux problèmes complexes par des solutions concrètes, et mieux servir son écosystème.

Décider

« Je veux changer de cap ! »

décider

Vous ressentez un inconfort persistant, l’intuition d’un danger, des signes forts qui ne trompent pas. Vous craignez le changement. L’inaction comme les mauvais choix coûtent cher. Avant de décider un changement à fort enjeu, envisagez toutes les hypothèses. Prenez le temps de réfléchir. Prenez conseil, élargissez votre champ de vision. Imaginez plusieurs scenarii, leurs points forts et leurs points faibles, les conséquences associées. Identifiez sur qui vous pouvez compter. Un regard neuf peut vous éclairer sur de nouveaux risques ou opportunités. Laissez les idées cheminer. Votre conviction s’affirme, une préférence émerge, une décision vous semble la meilleure. Prenez là et sachez vous y tenir.

Associez les acteurs, partagez vos valeurs, votre choix, l’enjeu, la mission. Communiquez votre motivation. Assurez-vous que chacun a bien compris l’objectif global, ses objectifs personnels et l’importance de sa contribution. Formaliser en détail le plan d’actions. Fixez le cadre, les codes, les postures de chacun et les règles de fonctionnement. Déléguez les responsabilités, donnez le pouvoir et les moyens d’atteindre le résultat.

Assurez-vous que chacun est en ordre de marche. Vérifiez que l’équipe est opérationnelle, que la communication circule correctement. Testez le fonctionnement et ajuster.

Développez la polyvalence. Rien ne vaut la pratique du travail de l’autre pour fluidifier les processus et améliorer la  performance et l’esprit d’équipe.

Accélérer le rythme, gagner en efficacité.