La règle et l’exception

La théorie de l’évolution de Darwin basée sur la sélection naturelle montre une appétence de la vie à aller du général au singulier.

La thermodynamique montre au contraire une tendance des éléments à se mélanger pour atteindre un point d’équilibre et une certaine inertie.

Ce résultat n’est pas garanti. Localement certaines fluctuations au lieu de régresser peuvent  s’amplifier et entrainer le système vers un nouveau régime de fonctionnement.

La vitesse d’écoulement des fluides peut produire un tourbillon qui perturbe la chute normale des atomes.

Tout système porte en lui un seuil de désorganisation, après lequel un courant mineur voué à la régression au lieu de s’amortir, s’amplifie. Il en va de même du climat, du monde mais aussi de la vie.

Les idées reçues se nourrissent d’estimés probabilistes et la vie opportuniste des dépassements de seuils.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *