Un esprit sain dans un corps sain !

L’idéal d’un esprit sain dans un corps sain s’étend de l’individu aux sociétés, et au Monde.

Lorsque l’idéal est brisé, défectueux, risquant la ruine, il n’en est que plus attirant car humanisé !

L’imperfection, la fracture suscite l’attention, attire la compassion, mobilise l’empathie et appelle un remède.

Rien n’est parfait ! Heureusement et tant mieux. Chacun engage sa responsabilité pour inventer, créer mais aussi soigner et protéger.

Est-il encore temps ?

Les crises graves cristallisent des moments rares où chaque individu perd pied. La solution ne peut venir que d’une mobilisation collective, mais quand la confiance est usée, le sursaut est impossible ! Lorsque le manager de transition retournement vient, chacun sait qu’un moment clé se joue. Ecouter, clarifier la vision, rassembler, mettre en mouvement et planifier le projet qui se décline en plusieurs phases : Partage du diagnostic, Production de recommandations avec plan d’actions, Délégation pour mise en œuvre, Ajustements et suivi des résultats.

Le risque est de tout perdre si rien n’est fait.

Une de mes récentes interventions concerne un groupe multi sites dans le secteur de la constructionL’enjeu de la mission était le retournement après un exercice déficitaire et un autre proche de l’équilibre. Faute de visibilité, les actionnaires s’interrogeaient – Quel intérêt de continuer ! La prochaine échéance d’emprunt ne pouvait être remboursée.

Après un rapide diagnostic, j’ai proposé une stratégie de recentrage, des objectifs prudents, un plan de financement impliquant l’apport de new money et le rééchelonnement de la dette senior. Le plan d’actions incluait des économies, cessions d’actifs non stratégiques, amélioration des processus clés, de la Trésorerie et du reporting, un plan d’empowerment des salariés et d’animation des équipes. L’ensemble a été présenté, expliqué, validé.

La présentation du plan d’actions et l’apport de new money a convaincu les partenaires financiers d’accorder un rééchelonnement de la dette senior. L’amélioration des processus, la suppression des dysfonctionnements et irritants a permis le retour rapide de la confiance et de la performance.

Le reporting mensuel a été constamment enrichi au cours de la mission pour intégrer le suivi de nouveaux indicateurs de performance, partager davantage l’information.

L’exercice 2019 est ressorti positif au-delà des attentes. L’exercice 2020 devait consolider les bonnes performances 2019. La crise du Covid19 a perturbé les prévisions pour signer finalement une année blanche. Le Groupe a réagi rapidement pour appliquer les mesures sanitaires nécessaires, anticiper les décalages d’activité, ré estimer les prévisions, demander et obtenir un PGE, organiser le télétravail des fonctions supports, calibrer et mettre en chômage partiel une partie du personnel, décaler le règlement des charges sociales, loyers et TVA. Vacciné par le retournement réalisé, le groupe s’est montré agile pour surmonter la crise 2020 et sans doute d’autres à venir.

Ma mission a duré plus de 18 mois. J’ai la satisfaction d’avoir contribué en équipe au retournement réussi d’une entreprise, puis au franchissement de la 1ere vague du Covid19. Alors que le pire était une option, aujourd’hui l’avenir plus serein fédère l’entreprise. Je remercie le concours de tous les partenaires acteurs du retournement d’entreprises.

Les dispositifs exceptionnels d’accompagnement améliorent temporairement la trésorerie, mais risquent d’occulter une dégradation sévère de la performance.

J’alerte les Dirigeants sur la double nécessité de retrouver rapidement un bon niveau de rentabilité, d’activer de nouveaux ressorts pour réveiller les énergies.

Profitons de la période actuelle pour améliorer les processus clés de l’entreprise, donner la parole à chacun, renforcer l’ADN des entreprises.

L’Art de l’approximation

Tirer un enseignement de toute chose, réduire la complexité à une idée pour décider et mettre en action

Si une part de nos sens nous apporte la métrique, une autre permet de naviguer à l’aveugle, au doigt mouillé, au pifomètre. Une large part de notre vie est hors de notre contrôle et il faut bien vivre avec en se faisant une raison. L’adaptation aux incompatibles, la conciliation des contraires est gage de pérennité. Aucun but ne peut être atteint sans ajustement. Personne ne se risque sur la corde raide sans perche de rééquilibrage mue moins par la volonté que le feeling. Aller jusqu’au bout, gérer la complexité, nécessite conviction, courage, un solide tempérament, une certaine tempérance.

La règle et l’exception

La théorie de l’évolution de Darwin basée sur la sélection naturelle montre une appétence de la vie à aller du général au singulier.

La thermodynamique montre au contraire une tendance des éléments à se mélanger pour atteindre un point d’équilibre et une certaine inertie.

Ce résultat n’est pas garanti. Localement certaines fluctuations au lieu de régresser peuvent  s’amplifier et entrainer le système vers un nouveau régime de fonctionnement.

La vitesse d’écoulement des fluides peut produire un tourbillon qui perturbe la chute normale des atomes.

Tout système porte en lui un seuil de désorganisation, après lequel un courant mineur voué à la régression au lieu de s’amortir, s’amplifie. Il en va de même du climat, du monde mais aussi de la vie.

Les idées reçues se nourrissent d’estimés probabilistes et la vie opportuniste des dépassements de seuils.

Chimie

Rien ne se perd tout se transforme


Le phénomène universel de propagation de l’énergie tend à diriger le tout vers un état d’homogénéité et d’équilibre final.

L’analyse dynamique montre la transformation réversible et prédictible d’un système d’un état à un autre dans un mouvement de balancier. La thermodynamique explique les pertes de rendements du système, les transformations incontrôlables qui avec le temps mène le mouvement inéluctablement vers l’équilibre, mais peuvent aussi le faire basculer d’un point d’équilibre vers un autre en régénérant son dynamisme.

Les pertes d’énergies constatées par l’analyse physique signalent un transfert d’énergie vers les atomes, du tout vers le plus petit qui peut tout aussi bien signer la mort d’un système que son renouveau.

Il revient à chacun d’inventer l’avenir !

Au cœur des réflexions stratégiques

L’enjeu est la transformation des métiers.

Coeur réflexion

Comment intégrer le progrès numérique ?

L’innovation est plus rapide dans les entités ouvertes au changement, animées par l’envie de réécrire le design des services à l’analyse du parcours utilisateur et du progrès numérique.

Tout est fait pour simplifier, rendre ludique, abolir les frontières technologiques. La fluidité ajoutée à la gratuité procure à l’utilisateur un sentiment de liberté, d’autonomie, de compétence mais aussi d’appartenance à une communauté.

La force d’une start-up est sa fragilité. Son fonctionnement économe l’oblige au test, à l’itération, jusqu’au développement « viral sans rival ». Cette approche ose l’expérimentation, suppose l’acceptation bienveillante de l’échec, un management facilitateur de rebond.

La génération Y tend un pont entre esprit start-up et culture groupe. Un nouveau profil de collaborateur doué en numérique, prompt à questionner les certitudes. L’écoute intéressée des nouvelles générations facilite l’intégration du progrès, l’inspiration innovatrice.

L’impact du numérique nous concerne tous en laissant place à l’initiative audacieuse.

Le système de la mesure

Mesurer n’est pas neutre.

La réalité est la perception de la réponse d’une chose à une sollicitation. Avant la mesure, tout est possible, après, les possibles s’effondrent en un résultat qui qualifie le réel. De là à confondre résultat est réalité, il n’y a qu’un pas !Le système de mesure

La mesure évalue à la même aune, passé, présent et avenir, codifie les émotions, décontextualise, dépoétise et filtre l’imagination.

Une culture se caractérise par ses systèmes de mesure. La juste mesure exige l’usage d’indicateurs pertinents, mais la communication plébiscite la simplification. La perception du réel est tronquée.

La Culture du résultat vise à mesurer la performance d’une entité. Une Culture du résultat « inclusive » mesure la contribution de l’entité à la vitalité de l’écosystème qui l’accueille.

La puissance de calcul du numérique permet d’imaginer un système de mesures inconcevable auparavant. On mesure non seulement l’enrichissement propre d’une entité mais son efficience relationnelle, sa contribution au mieux vivre de ses partenaires.

Une révolution dans la façon de voir la réalité ! Un argument choc pour les Marques !

Le profil du dirigeant

Recherche dirigeant !

Les situations sont nombreuses où la recherche d’un dirigeant est nécessaire.

Avant de trouver la perle rare, il est nécessaire de définir les qualités qu’il doit réunir.

De la start-up à l’entreprise mature, les actionnaires s’accordent sur le profil recherché.Profil dirigeants

Les poncifs sont nombreux :

Le créatif nourrit une estime de lui-même hors normes, apte à bousculer les objections les plus sévères.

Le manager n’est pas entrepreneur, il optimise les règles que le leader invente.

L’administrateur est conservateur, respectueux des exigences les plus strictes.

L’évaluation estime les réactions probables d’une personne exposée aux situations auxquelles elle est susceptible d’être confrontée. L’objectif est d’explorer l’adéquation du profil du dirigeant au projet d’entreprise.

Une personne peut-elle faire la différence ?

Oui ! c’est la promesse de résultat attendue. Il y a en affaires une évidente vision romantique des choses !

 

Réussir

Que faut-il pour réussir ?

Les entreprises qui réussissent, engagent un processus de transformation pour s’adapter aux nouveaux usages avec vision mondiale.Mosaique lion

La transformation internationale,  une fusion de sociétés, une croissance accélérée, la performance d’une filiale à l’étranger, implique l’intégration de nouvelles compétences, une nouvelle gouvernance.

La diversité est une richesse, facteur d’émulation et de créativité à condition que les valeurs partagées cadrent les méthodes, le sens unisse les équipes.

L’unité est fragile si la mondialisation, loin d’associer les ambitions, creuse les divergences. L’entreprise mondiale fédère les énergies par le contenu symbolique de son message qui fait sens partout.

Manager de transition au naturel

Comment être naturel en situation exceptionnelle ? Manager de transition

 

Le manager de transition est apprécié pour sa personnalité et sa capacité à faire face à des situations de rupture. Ces situations impliquent pour les acteurs habituels de sortir de leur zone de confort. Ce contexte peut paralyser. Le risque attaché aux décisions à prendre est exceptionnel. Il en va parfois de la survie de l’entreprise.

Les dirigeants peuvent renforcer l’équipe avec un manager de transition . Etre naturel pour un manager de transition implique l’acceptation du dépassement de soi en vivant des émotions inhabituelles.

L’urgence fait converger les consciences vers un choix restreint de solutions concrètes. Le consensus est précaire. Chacun attend le manager de transition sur la méthode. Comment gagner dans la mêlée ? Comment faire bouger les lignes ?

Vous avez tous expérimenté qu’à trop travailler un sujet on ne voit plus ses défauts,  alors qu’ils sautent aux yeux du premier venu, ou dés lors que l’on prend du recul. Cette clairvoyance est la première valeur ajoutée d’un manager de transition. Il apporte aux dirigeants un nouvel angle de vue. La seconde est la revalorisation des qualités relationnelles. Lorsque les méthodes, processus et organisations sont à transformer, les individus clés prennent une importance nouvelle. Révéler les compétences sur lesquelles appuyer l’organisation nouvelle signe la réussite de la mission de transition.